Association (loi 1901 à but non lucratif) de parents/ professionnels à destination des enfants, adolescents et jeunes adultes avec autisme ou un Trouble du Développement âgés de 2 ans 1/2 à 20 ans résidant en Gironde plus particulièrement sur le secteur Rive Droite.

jeudi 17 avril 2014

Loi et handicap

Une loi en particulier oriente la politique sur le handicap, par ailleurs elle cadre l'action des établissements et services médico-sociaux qui accueillent des personnes en situation de handicap. Il s'agit de la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Plusieurs droits en faveur de cette population sont institués par ce texte, il crée aussi les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).

Ci-dessous, des liens et quelques paragraphes issus de la loi, pour rappeler ce qui fonde l'action de la collectivité auprès de ces personnes. L'idée étant de continuer dans le sens de sa mise en application , afin que le droit puisse être effectif et se concrétise dans l’intérêt notamment des personnes atteintes de TSA.

Comment la loi définit le handicap ?

 « Art. L. 114. - Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. »

Droit à compensation :

« Art. L. 114-1-1. - La personne handicapée a droit à la compensation des conséquences de son handicap quels que soient l'origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie.
« Cette compensation consiste à répondre à ses besoins, qu'il s'agisse de l'accueil de la petite enfance, de la scolarité, de l'enseignement, de l'éducation, de l'insertion professionnelle, des aménagements du domicile ou du cadre de travail nécessaires au plein exercice de sa citoyenneté et de sa capacité d'autonomie, du développement ou de l'aménagement de l'offre de service, permettant notamment à l'entourage de la personne handicapée de bénéficier de temps de répit, du développement de groupes d'entraide mutuelle ou de places en établissements spécialisés, des aides de toute nature à la personne ou aux institutions pour vivre en milieu ordinaire ou adapté (...)"


 Scolarisation :

(Art. L. 112-1) « Tout enfant, tout adolescent présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé est inscrit dans l'école ou dans l'un des établissements mentionnés à l'article L. 351-1, le plus proche de son domicile, qui constitue son établissement de référence.
« Dans le cadre de son projet personnalisé, si ses besoins nécessitent qu'il reçoive sa formation au sein de dispositifs adaptés, il peut être inscrit dans une autre école ou un autre établissement mentionné à l'article L. 351-1 par l'autorité administrative compétente, sur proposition de son établissement de référence et avec l'accord de ses parents ou de son représentant légal. Cette inscription n'exclut pas son retour à l'établissement de référence."


 Le PPS (projet personnalisé de scolarisation) :

(Décret n°2005-1752 du 30 décembre 2005) 
"Un projet personnalisé de scolarisation définit les modalités de déroulement de la scolarité et les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales répondant aux besoins particuliers des élèves présentant un handicap, dans les conditions prévues à l'article L. 112-2 susvisé du code de l'éducation."


 Pour en savoir plus (cliquez sur les images) ;


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000809647&dateTexte=&categorieLien=id
  

http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_loihandicap-2.pdf 
Guide, loi handicap


http://www.education.gouv.fr/bo/2005/15/SANA0530104C.htm#preambule



"Je suis à l'Est" de Josef SHONAVEC

La lecture du livre "Je suis à l'Est" de Josef SHOVANEC vous plonge dans la réalité singulière d'une personne atteinte du syndrome d’Asperger. Syndrome qui est une manifestation de l'autisme, à une extrémité du spectre, plus communément nommé "autiste de haut niveau", ou à "haut fonctionnement", ou encore de manière à produire un effet sensationnel ; "autiste savant". 
Josef SHOVANEC dit de lui qu'il est une personne (avant tout) avec autisme. Indiquant ainsi qu'il considère l'autisme davantage comme une qualité ou une différence que comme un handicap. 
Son témoignage capte le lecteur car Josef SHOVANEC ne sa cache pas, et parle de son monde, de ses pensées, de ses difficultés avec intelligence et humour. Il décrit des situations du quotidien,  parfois cocasses ou gênantes c'est selon, qui nous montrent que la normalité est peut être relative. Qu'elle se construit autour de normes, de codes sociaux et de règles implicites difficilement compréhensibles quand on vit avec l'autisme. Que des actes a priori anodins, tel que décrocher le téléphone, peuvent être source d'angoisse.

On retrouve dans les scènes de la vie sociale qu'il dépeint, notamment lors de son passage à l’École Nationale d'Administration, une naïveté authentique dans son regard.  Mais c'est un regard qui révèle tout à la fois les hypocrisies de la "normalité" sociale, et des artifices dont usent les uns et les autres  pour se conformer, pour paraitre plutôt que d'être.

Josef SHOVANEC sait écrire avec une dose d'auto-dérision, et témoigner de son histoire, ce qui, bien qu'il se défende d'être "extraordinaire", est déjà un talent peu commun. Il mène aussi une réflexion pertinente, qui parfois nous bouscule dans nos convictions, sur la prise en charge de l'autisme en France, et  les écueils du secteur associatif dans notre pays.
Ce témoignage, n'est pas une énième explication de ce qu'est l'autisme (le sait-on au fond ?).  Il porte en lui plus qu'un vécu. C'est bien ce qui lui donne tout son intérêt, à mon sens.