Association (loi 1901 à but non lucratif) de parents/ professionnels à destination des enfants, adolescents et jeunes adultes avec autisme ou un Trouble du Développement âgés de 2 ans 1/2 à 20 ans résidant en Gironde plus particulièrement sur le secteur Rive Droite.

lundi 24 octobre 2016

Participation aux PACTE territoriaux

L'action Coccinelles extra et abeilles ordinaires présentées lors des PACTE territoriaux.



Un pacte pour mieux travailler ensemble


Publié le 20/10/2016 à 3h40.

Chacun a pu découvrir et s’enrichir des expériences des autres. 
PHOTO C. D.
PREMIUM
     Le Pacte, programme d’actions et de coopérations territoriales, prend corps en Sud-Gironde. Des       exemples ont été donnés hier, à Cadillac, lors d’un Conseil de territoire.
CATHERINE DOWMONT
c.dowmont@sudouest.fr
Jean-Michel Birem est directeur de la Mission locale des deux rives qui concerne les secteurs de Cadillac et de Podensac. Depuis qu’il est en fonction, il a identifié un problème fondamental : le logement des jeunes. « C’est la condition première pour un cheminement d’insertion », a-t-il insisté hier matin lors du Conseil de territoire tenu à La Closière, la maison des vins de Cadillac. 150 élus, membres de la société civile, responsables d’associations ont assisté à cette réunion, étape d’un travail initié par Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental et son équipe depuis leur arrivée aux affaires. Et en particulier sa première vice-présidente Christine Bost.
Jean-Michel Birem a trouvé un écho à son intervention auprès de la représentante de Gironde habitat qui pourrait disposer de logements correspondant à son attente. Ils ont échangé. Jean-Michel Birem ne manquera pas de contacter prochainement Gironde habitat.
Des projets variés
Jocelyne Garcia et Virginie Gratiot, de l’action Abeille et coccinelle, sont venues, à leur tour, évoquer leur projet d’animation avec des enfants autistes (les coccinelles) et les enfants non autistes (les abeilles). Ces rencontres ont lieu au Jardin de Sadirac. Les enfants s’amusent. Les familles échangent sur leurs problématiques, leurs difficultés.
Dans le même ordre d’idée, à Cadillac, l’association Le Paradis ouvre des séances de cinéma à des publics différents. Ces initiatives heureuses n’empêchent pas le souci des familles quand il s’agit d’imaginer l’avenir des grands autistes et des autistes adultes…
Jean-Jacques Lamarque, président de l’office du tourisme Sauternes, Graves, Landes Girondines, est venu parler du projet de création d’un pôle œnotouristique à Sauternes. Ce projet rassemble l’office du tourisme, mais aussi l’ODG et la maison des vins de Sauternes.
Toujours dans le domaine touristique, à La Réole on travaille pour faire évoluer le label Ville d’art et d’histoire en label Pays d’art et d’histoire.
Du concret
Ces témoignages, ces contributions permettent de faire passer le Pacte, programme d’action et de coopération territoriale, de sa phase de réflexion à une phase concrète.
L’idée à l’origine, comme l’a expliqué le président Gleyze, est de permettre aux hommes et aux femmes des territoires de faire remonter leurs attentes et leurs désirs, leurs projets et leurs envies dans cette « Gironde multiple ».
Les précédents Conseils de territoires ont permis de dresser un diagnostic puis de réfléchir sur certains domaines comme la précarité, la mobilité, le développement social, la vieillesse, le handicap, le lien social.
Le patrimoine est un autre sujet de réflexion comme l’habitat, alors que le Sud-Gironde doit accueillir 30 000 nouveaux habitants d’ici 2035… Ou encore l’environnement et bien sûr les potentialités économiques…
360 contributions
Au total, 360 contributions ont été listées dans ces différents domaines.
Hier, quelques-unes d’entre elles ont été présentées à la salle. D’autres contributions peuvent encore émerger. Et le Pacte donnera lieu à un examen en séance plénière du Conseil départemental d’ici à la fin de l’année.
« Le Pacte n’est pas un robinet à subventions » insista le président Jean-Luc Gleyze. « Il a le mérite de faire en sorte qu’on se pose les bonnes questions, qu’on envisage une construction partagée. L’idée c’est aussi de rapprocher les services départementaux des territoires, de proposer aussi une aide en matière d’ingénierie. »
Le nouveau sous-préfet d’arrondissement, Éric Suzanne, n’a pas manqué une miette de ces débats et exposés. « Quand on a des projets, on vit » insista-t-il.
Hier, le Sud-Gironde a prouvé qu’il n’en manquait pas. Et qu’il vivait. Bien et ensemble.